Jessica Nelson

Fondatrice des Editions des Saints-Pères

Mère hyperactive

Par Ahcène Amrouz

« Lancer une maison d’édition maintenant c’est un peu dingue, mais on s’y prend différemment »

Jessica Nelson, trentenaire multitâche, est surtout attachée à faire les choses à sa manière. Collaboratrice littéraire d'Au Field de la nuit, romancière, entrepreneuse et maman. Elle veut faire ce qui lui plaît, très simplement. Pour elle tout est imbriqué, autrement elle ne « saurait pas faire ».

manuscrit Extrait du manuscrit de l'Écume des jours de Boris Vian

Flashback

  • 1998

    Arrive à Paris étudier à Sciences Po
  • 2001

    Premiers boulots
  • 2005

    Premier livre et conseillère littéraire à Vol de Nuit
  • 2012

    Lancement des Éditions des Saint-Pères
  • 2014

    Pleins de bonnes choses à venir

La tête et les jambes

Avec sa maison lancée en 2012, les Éditions des Saints-Pères, elle devient la chouchoute de tous les écrivains en publiant en édition limitée de grands manuscrits. Pour une centaine d'euros, on peut désormais s’offrir le manuscrit de l’Écume des jours ou le scénario original du Mépris. Rien d’étonnant tant on devine sa passion pour les livres. Ce projet, c’est aussi l’histoire d’une amitié initiée sur les bancs rouges de la rue des Saints-Pères. La réussite de Jessica est indissociable de celle de Nicolas Tretiakow, son compère d’entreprise. « Je ne peux pas bosser avec des gens que je n’aime pas » annonce-t-elle. Ce besoin d’être entourée d’ondes positives se retrouve aussi bien à la télé que dans sa maison d’édition. Pour elle, il n’y a rien de plus enrichissant que de travailler avec ses amis. Elle a beaucoup d’admiration pour cet alter-ego professionnel. « À partir d’une bonne idée, il va jusqu’au bout pour la concrétiser » précise-t-elle. Pour comprendre comment une telle idée a pu voir le jour, il faut remonter le fil du parcours de Jessica.

Les livres, les livres, encore les livres

En intégrant l’institution de la rue Saint-Guillaume, Jessica Nelson suit le parcours classique d’une jeune fille douée. Mais elle ne s’arrête à la simple expérience bobo; Mademoiselle entreprend. On retrouve alors Nicolas et leur volonté commune de faire les choses différemment. Avec d’autres camarades, ils caressent le rêve de rendre plus accessible - déjà - la littérature. Ils créent alors le site zonelittéraire.com. Le but : parler de bouquins de façon moins académique et rasoir ; traiter le savoir avec saveur.

C’est décidé, après ses études, Jessica Nelson sera dans les livres. Littéralement. À l’édition, à l’écriture, à la promotion ; elle veut tout faire, tout allier. Elle enchaîne alors les mi-temps et les piges dans des maisons d’édition et des magazines culturels. Mais c’est avec son premier livre que les choses se structurent. Dans la foulée, elle devient chroniqueuse pour l’émission Vol de nuit sur TF1. « J’aime la télé car c’est un moyen très fort de communiquer sur les livres » dit-elle, pétillante. Elle aurait pu se contenter de ce maroquin cathodique, mais ce serait mal la connaître. Jessica décide de passer de l’autre côté de la caméra en devenant conseillère littéraire de la nouvelle émission de TF1 Au field de la nuit. Depuis six ans, elle s’épanouit au-delà de la simple littérature en préparant chaque émission, au contact des lycéens et des écrivains.

 
«Je ne peux pas bosser avec des gens que je n'aime pas»

Brouillons d’écrivains

Son parcours ne laisse rien au hasard. Monter une maison d’édition paraît tout à fait naturel. Mais, on le sait maintenant, Jessica Nelson fait les choses différemment. Il faut un concept, une bonne idée, quelque chose d’original. Nicolas Tretiakow se chargera alors de transformer l’essai. L’idée naîtra lors de la visite de l’exposition « Brouillons d’écrivains » à la BNF. Ces deux-là cherchaient depuis longtemps l’occasion de se retrouver autour d’un projet. Ce sera les Éditions des Saint-Pères, avec une référence assumée à Sciences Po et au quartier des éditeurs. Rien n’est laissé au hasard chez eux. À l’occasion des vingt ans de la sortie de son premier roman, Hygiène de l’assassin, Amélie Nothomb leur confie son manuscrit et devient le premier auteur édité par les deux comparses. Le résultat la bluffe. Suivent alors Vian, Cocteau, et l’adaptation par Godard du roman de Moravia.

In bed with...

Avec ces pièces de collection, Jessica Nelson nous permet d’accéder à ce que l’on ne connaît que très rarement d’un auteur : son écriture manuscrite, son travail de recherche, de finition ; la construction de son ton, l’alliage du talent et du labeur. Le lecteur entre véritablement dans l’intimité de l’auteur. C’est une expérience de lecteur toute nouvelle, de l’émotion à l‘état brut. « Je suis très émue quand je tiens l'un de ces objets ; on a choisi des matériaux très précieux » ajoute-t-elle. Sa maison d’édition redonne sa place à une certaine forme d’artisanat : numérotés, les coffrets sont assemblés à la main et frappés au fer à dorer. Les Éditions des Saint-Pères explorent à leur manière la crise du marché du livre.

Les retours sont plus qu’encourageants. La presse littéraire les plébiscite. L’entourage des écrivains les sollicite et apprécie l’hommage rendu, ce qui lui permet de relativiser la folie d’un tel projet à l’heure des liseuses numériques. Pouvoir tout faire, de l’édition à la communication, voilà ce qui la stimule. Un moyen de boucler la boucle en somme.