Hugues Le Bret & Ryad Boulanouar

Inventeurs du Compte Nickel

Les petits princes de la banque

Par Maxime Verner

« Nous sommes des entrepreneurs, pas des révolutionnaires. Nous réglons un sujet de société. »

Il est des gens dont la rencontre vous donne de l’air. Lorsque vous voyez Ryad Boulanouar et Hugues Le Bret, côte à côte, différents et connectés, l’un finissant les phrases de l’autre, vous savez que leur pacte d’associés est avant tout philosophique.

Dans le livre qu’Hugues Le Bret vient de consacrer à leur aventure commune, et au parcours atypique de Ryad, ils se mettent à nu. « Ça m’a fait du bien de le lire, Hugues a refait le match », précise Ryad. En se demandant d’où ils venaient, ce qu’ils faisaient petits, des personnalités aussi différentes que le serial entrepreneur et le cadre supérieur ont pu s’apercevoir qu’ils avaient le même destin, celui des curieux que rien n’effraie.

compte nickel banque finance economie startup entrepreneur carte bancaire argent Avec 2O euros en poche on peut désormais ouvrir un compte Nickel chez son buraliste

Flashback

  • 1997

    Hugues co-fonde CroissancePlus et écrit "L'espoir économique"
  • 1999

    Hugues prend la direction de la communication et de l’innovation de la Société Générale
  • 2000

    Ryad fonde ABM Technologies, qui développe des terminaux de paiement
  • 2010

    Hugues démissionne de la présidence de Boursorama et publie "La semaine où Jérôme Kerviel a failli faire sauter le système financier mondial"
  • 11 février 2014

    Lancement grand public de leur Compte Nickel

La rencontre de la terre et du béton

« Ce qui est intéressant, c’est ce que l’on a au fond de nous. Il faut s’ouvrir, faire l’inverse de ce que l’on apprend à l’ENA », pense Hugues, qui a dirigé pendant dix ans la communication et l’innovation de la Société Générale, après avoir lancé son agence de communication et cofondé l’association CroissancePlus. Après l’affaire Kerviel et la parution de son livre témoignant de la panique à la banque, il quitte la présidence de Boursorama et se retrouve persona non grata dans le CAC40.

« On a tous des parcours chaotiques. Le plus important n’est pas le passé mais la rencontre que nous ferons demain. Il faut sortir des carcans, de ce qui est sectaire, pour être sincère et bien », pense-t-il, alors qu’on lui présente cet ingénieur original, pionnier des moyens de paiement, qui a grandi à Maisons-Alfort. Le provincial, fils d’horticulteur, rencontre le banlieusard, fils d’immigrés algériens, et ils avaient une mission commune : changer le rapport entre les citoyens et les banques.

Ni armes, ni violence et sans haine

Avec Michel Calmo et Pierre de Perthuis, ils ont trouvé l’équipe magique, celle avec qui ils partagent le même bureau et le même projet : Compte Nickel. Ryad résume ainsi leur but : « Nous sommes partis du besoin : avoir un compte qui permet de payer, mais pas de découvert, de crédit, et une banque qui ne te fait pas la morale lorsque tu n’as plus d’argent. » 4 500 pages de dossier pour être agréé par la Banque de France, 11 millions d’euros levés auprès de 80 particuliers pour créer un produit financier 100 % utile et 0 % toxique. Ainsi, Compte Nickel rend accessible la banque aux interdits bancaires, et ne place pas l’argent.

Leur triptyque : neutralité, bienveillance et simplicité. Avec une grille de tarifs de huit lignes et une technologie à la pointe, on ne peut en douter. « On se remet à égalité avec le client, on enlève les attributs, on désinhibe la relation, ça offre la juste prestation au juste prix », explique Ryad. « Nous sommes en quête de sens, nous considérons nos clients comme des individus et non des scores marketing. Nous leur offrons une relation équilibrée, simple, sans arrière pensée, puisque nous n’avons aucun objectif de cross selling », précise Ryad.

 
« Je ne veux pas gagner ma vie en misant l’argent des gens »
compte nickel banque finance economie startup entrepreneur carte bancaire argent

Un nouveau métier pour les buralistes

Pour être durable, internationale et se développer, la société table sur 100 000 utilisateurs, payant 20 euros par an, puis à l’utilisation. Pour couvrir la France entière, ils ont choisi de s’appuyer sur les buralistes. « Ils sont 27 000 en France, alors que BNP Paribas n’a que 2 200 agences. 10 millions de Français passent chaque jour chez les buralistes, qui collectent 16 milliards de taxes pour l’État en échange d’une promesse de monopole et de régularité de revenus. Pour nous, ce sont des entrepreneurs, des acteurs essentiels du lien social, et nous arrivons au moment où l’on ne s’intéresse plus à eux pour revaloriser leurs métiers, compléter leurs revenus et agrémenter leurs missions », explique Hugues, qui a aussi associé au capital la Confédération des buralistes.

Dans un système à bout de souffle, avec 30 millions d’interdits bancaires en Europe (2,5 en France), ces deux entrepreneurs partagent leur vision à un écosystème convaincu. « Nous ne sommes pas des révolutionnaires mais des entrepreneurs, nous réglons un sujet de société », clament-ils en chœur. Pour eux deux, entreprendre signifie être au service.

Ce qui se retrouve dans le prochain projet d’Hugues : écrire un roman dans la veine du Petit Prince, pour décrire notre société d’un regard candide mais lucide, pour boucler la boucle, et nous prouver que L’espoir économique (son premier livre) est toujours d'actualité.

portrait précédent :

Le boom des baby codeurs

Nous sommes entrés dans l’ère où les gens utilisent les terminaux mobiles pour créer et construire

prev

portrait suivant :

Le nouveau romantique

Si l’on ne fait rien, bientôt, la musique classique n’existera plus. La musique a besoin d’âme ; on ne lui donne que de la fureur

next
La liste des portraits