Rafi Haladjian

Inventeur de Mother

Le lapin dur à cuire

Par Ahcène Amrouz

« Je fais juste des choses et je bosse avec des gens »

Rafi Haladjian, le chantre de la « fluidification », est un empêcheur de tourner en rond qui n’est pas ingénieur et qui n’a « jamais voulu être chef d’entreprise ». C’est un aventurier qui, derrière ses lunettes rondes, est loin. Il est demain. Mais le jeune Rafi lui n’est jamais loin. Celui de 14 ans, qui lançait en pleine guerre du Liban, dans son quartier isolé de Beyrouth, Photo Gaston. Dans son garage, il développait via un agrandisseur à piles les photos des petits voisins, futurs martyrs. Aujourd’hui, si vous le cherchez, il est à Saint-Ouen, entre un kebab et un taxiphone. C’est là qu’il prépare la prochaine étape de sa vision. Gérée comme une PME et non comme une start-up, Sen.se est la nouvelle aventure d’Haladjian. Sa dix-septième, depuis le minitel jusqu’au wifi communautaire, en passant par les objets.

Flashback

  • 13 avril 1975

    Monte Photo Gaston en pleine guerre du Liban
  • 11 novembre 1986

    Son service de chat sur Minitel dépasse les 1000h d’utilisation
  • Septembre 92

    Voyage à San Francisco
  • Nouvel an 2003

    Naissance de l’idée d’Ozone au Brésil
  • 2013

    Ses enfants quittent le foyer familial. Deuxième jeunesse

Homme des années 80

Ce gaillard est tombé dans la marmite quand il était étudiant. Pour valider son cursus de sémio, il doit trainer en cours de télématique. On est en 84, et Rafi découvre le Minitel et intègre le club fermé des entrepreneurs gâtés, qui dégage des milliers de pourcents de marge avec des messageries. Pourtant, l’inclassable n’a rien à voir avec un Xavier Niel ou un Thierry Ehrmann. De son enfance, il conserve le défi de vivre dans un état d’incertitude permanent. Il ne saurait et n’aime pas prévoir, prédire. « A l’époque, on avait zéro notion de futur », et il n’en a toujours pas. Mais il croit en l’existence d’une « logique inéluctable ». Il a, au plus profond de lui, le sentiment d’un quelque chose de plus grand que lui, « le sens de l’Histoire, de l’évolution ».

Ni barreaux, ni barrières, ni frontières

Il en tire le fil conducteur de sa « carrière ». Toujours plus loin dans l’interconnexion et la fluidification de la société grâce aux nouvelles technologies. « Les gens étaient isolés, les métiers étaient isolés, les appareils étaient isolés. Aujourd’hui, la grande tendance nous mène à l’effacement complet de l’espace entre l’homme et la machine, de la singularité technologique».

Rafi Haladjian a participé à toutes les étapes de ce mouvement : le minitel, puis l’Internet en 94 avec FranceNet et déjà l’idée que « le Minitel était devenu un obstacle à la fluidification, que quelque chose était en train de changer». Cette transformation, c’est l’ « empowerment » des utilisateurs. Ils commencent à avoir des ordinateurs personnels, des moyens de production chez eux, alors qu’on leur déniait encore la capacité de distribuer leurs contenus.

La particularité de cet entrepreneur qui a toujours entrepris en France, c’est de s’intéresser à l’état transitoire des choses. Selon lui, l’erreur la plus caractéristique des innovateurs c’est de faire « une projection à partir de notre situation actuel à demain, typiquement quel sera le téléphone ou la voiture du futur, comme si nous étions arrivé à un état de finitude absolu et parfait. Pourquoi se dire que l’Histoire s’arrête avec l’iPhone ? ». Haladjian, c’est l’enfant nietzschéen, celui qui veut accéder à l’innocence sacrée et non à la foutue maturité.

«Pourquoi se dire que l’Histoire s’arrête avec l’iPhone ? »

Là où il faut, pas toujours quand il faut

Il est l’archétype de l’entrepreneur du web libéré des motivations financières (merci le Minitel) qui se focalise sur la marche du siècle. Son approche sacerdotale de l’innovation, il la puise dans les sciences humaines, qu’il n’a jamais quittées. Sa tendance à tout intellectualiser et à chercher des modèles partout lui est très utile car, pour lui, connaître les tendances de demain n’est qu’une question de méthode.

La sienne, c’est la démerde. A 21 ans, il tourne un film sur Ionesco avec deux comparses, après une semaine de stage de vidéo. Ils mettent leurs 50 000 francs d’économie sur la table et se retrouve vite à sec. « Le premier jour, il a déjà fallu en payer 25 000 à Ionesco lui-même.» Ils découvrent alors le monde du cinéma, on leur fait crédit et, alors que le tournage se termine, un pro débarque et leur rachète leur film, en se proposant de financer les prochains.

Ennorgueilis, les trois zouaves partent à la chasse aux artistes mourants. Manque de pot, Beckett, Dali et consorts leurs claquent entre les doigts. Ils pondent des budgets réalistes, donc "infinançables", tandis que la professionnalisation les engourdit. Après trois ans de pellicule blanche, ils se promettent de reprendre le système D, et tournent des films sur Calvino et Fellini.

Et ArpaNet fut

Pour Ozone, fournisseur de wifi communautaire, il adopte aussi cette méthode. Il monte un après-midi avec quelques amis sur les toits de Paris pour planter des antennes. Coût de l’opération : 200 euros. Au final, il couvrira 65% de la capitale avant de revendre l’affaire à Neuf Cegetel en 2007. Entre-temps, il a pris le pari des objets connectés en créant le Nabaztag (lapin en arménien).

Il va plus loin avec Sen.se, lancé en 2010. En faisant des objets connectés des moyens de collecte d’informations, il cherche à constituer des bases de données suffisamment riches pour générer une intelligence nouvelle. Il donne la capacité aux objets d’offrir une utilité et des services supérieurs à ce que l’utilisateur pourrait faire de lui-même. En résumé, ressentir et créer du sens.

Son dernier né, Mother, fait déjà bouger les lignes. Mis à l’honneur du CES 2014, cette mère électronique qui surveille grâce à ses "motion cookies" (capteurs accéléromètres) tout ce que vous voulez dans votre vie quotidienne pourrait bien faire rentrer (enfin) les objets connectés dans l’intérieur du quidam. En somme la suite logique de ses lectures de jeunesse, The Third Wave de Toffler et la logique de la communication de Watzlawick.

Rafi fait figure de marginal 2.0, qui a souvent eu tort d’avoir raison trop tôt. Il a découvert Internet à San Francisco dans un magazine punk. Viscéralement humble, il ne se conçoit même pas comme un meneur : « je fais juste des choses et je bosse avec des gens. »

Haladjian, c’est le woodkid face aux golden boys. Il va continuer à repenser l’Homme et sa relation avec la machine, en lui souhaitant l’immortalité. Car si l’on suit le fil de l’Histoire, le cyborg pourrait bien être son prochain pari.

portrait précédent :

La MILF qui voulait plus d’amour

Mon ambition est de changer le monde grâce au sexe

prev

portrait suivant :

Mère hyperactive

Lancer une maison d’édition maintenant c’est un peu dingue, mais on s’y prend différemment

next
La liste des portraits